26-09-07

Accueil

La création de l’association « A la croisée des Orients » est le fruit de séjours passés en Extrême et Proche-Orient. Ses membres fondateurs ont vécu en Turquie et en Chine. Durant ces expériences uniques, une conversation profonde sur les enjeux culturels en Orient est née d’Istanbul à Pékin. Il nous est apparu comme une évidence que les dynamiques qui traversent certaines cultures orientales ne répondent pas aux analyses classiques d’Etat-Nation ou d’échanges transnationaux. La question kurde (En Turquie, Irak, Iran, Syrie) en est une excellente illustration. Les cadres étatiques modernes sont insuffisants pour décrire des peuples en mouvement qui partagent parfois des fondements culturels proches. Les régions d’Orient : Proche-Orient, Moyen-Orient et Extrême-Orient, regroupent donc des populations et des régimes politiques qui sont autant de tentatives de reformulation de nos modèles politiques occidentaux vieillissants. Le Liban par exemple est un incroyable défi : parvenir à faire s’exprimer chacune des vingt-sept communautés reconnues au sein d’une même organisation sur un territoire extrêmement exigu.

F100002710_jours_055

Par ailleurs, la délimitation entre le Moyen et l’Extrême-Orient nous semble plus relever de l’imaginaire que de distinctions culturelles réelles. Plusieurs questions se posent alors. A quelle aire géographique et culturelle appartient l’Asie centrale ? Comment cohabitent de nombreuses ethnies sur un même territoire ? Comment comprendre la complexité des phénomènes identitaires des peuples turcophones d’Extrême-Orient sans rappeler la différence fondamentale entre la civilisation arabe et la civilisation turque originaire de l’actuelle Mongolie ? Nous avons cherché à répondre à ces questions à travers l’exemple des Ouïghours. Ces musulmans turcophones de Chine ont une culture très particulière car ils représentent la jonction entre les deux grandes civilisations turque et chinoise. On comprend alors que la structure en frontières traditionnelles est insuffisante pour comprendre la richesse historique de cette culture unique. Il existe des dynamiques culturelles trans-orientales  qu’il est difficile de cadrer dans les schémas d’analyses classiques. Ce qui explique en partie la méconnaissance de certains de ces peuples qui ne correspondent pas aux représentations occidentales de l’Orient.

scooterHano_

Ces perceptions particulières font partie intégrante de la relation entre l’Orient et l’Occident. Cette question de l’orientalisme me paraît intéressante. Nombre de grands voyageurs sont partis à l’est sur la route de la soie ou autre chemins mythiques d’Orient en imaginant les caravansérails à folle allure qui les avaient précédés dans cette traversée du désert. Shéhérazade, les Mille et une Nuit, les danseuses du ventre, les hammams, les épices sont autant de mots qui nous plongent presque instinctivement dans un univers imaginaire et mythique. En arrivant dans la vieille ville de Damas, j’ai passé plusieurs jours à chercher Aladin et sa lampe merveilleuse… Tout ça pour exprimer l’idée que les Orients, d’Istanbul à Pékin, font références à des présentations collectives imaginaires qui peuvent être parfois un frein à une véritable compréhension des différentes civilisations. « En déclarant que c’est en Orient que la connaissance intellectuelle pure peut être obtenue, tout en s’efforçant en même temps de réveiller l’intellectualité occidentale, on prépare de la seule manière qui soit efficace, le rapprochement de l’Orient et de l’Occident. » René Guénon_

Posté par stafforients à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Accueil

Nouveau commentaire